À quoi ressemble une piqure de punaise de lit?

Hamelin Hygiène Piqûres punaises de lit paris

Piqûres des punaises de lit

Il est reconnu que les punaises de lit se nourrissent de sang. La nuit nous emettons du C02 et c'est ce qui les attirent, a la manière des moustiques elle nous piquent et provoquent ainsi  des démangeaisons et engendrent  des marques sur notre corps. La plupart du temps, les piqures se retrouvent parfois sur les bras, le dos et les jambes. Les boutons font penser à des piqures d'araignées, car elles sont principalement regroupés à la ligne sur un meme endroit. Il est probable qu'une seule  des deux personnes dormant dans le lit peut être victime de boutons et de démangeaisons. les réactions aux piqures sont souvent différentes, tellement bien que certaines personnnes ne ressente  pas piqûre et s'en apercevront qu'après l’infestation de la pièce. En cas de forte réaction, il est utile de consulter un médecin pour prévenir tout risque d’infection et faire appel à une societe anti punaises de lit.

 

Les boutons provoqués par les punaises de lit

bouton punaise de lit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’apparition de lésions cutanées prurigineuses est un motif de consultation fréquent. Le diagnostic différentiel des dermatoses prurigineuses aiguës est vaste et inclut notamment les réactions d’hypersensibilité à des agressions par divers invertébrés, dont certaines espèces sont en recrudescence. Les piqures de punaises de lit peuvent être responsables de réactions urticariennes ou confondues avec de l’eczéma. 
Depuis quelques années, nous observons la réémergence de la problématique des punaises de lit, un véritable fléau dans les grandes villes.

Les punaises de lit se nourrissent de sang. Attiré par le CO2 que nous émettons la nuit, elles nous piquent comme des moustiques ce qui provoquent des démangeaisons et des marques sur le corps (notamment sur le dos et les jambes). Les boutons sont principalement regroupés ce qui peut faire penser à des piqûres d’araignées. Il est possible que seulement l’une des deux personnes dormant dans le lit peut être victime de boutons et de démangeaisons, cela dépend de la personne certaines de ne ressente même pas piqûre et ne la verrons que quelques mois après l’infestation de la pièce. En cas de grosse réaction, il est important de consulter un médecin pour éviter tout risque d’infection et de traumatisme psychologique suite aux démangeaisons.

 

L'attitude de la punaise de lit sur notre corps

L'insecte approche de son hôte avec le rostre et les antennes tendus en avant, ces dernières testent la surface et recherchent un endroit convenable, les zones lisses ou humides étant évitées. Les pattes de devant de la punaise de lit sont tendues en avant en vue d'agripper notre peau. Il a été constaté que les individus amputés de leurs pattes antérieures étaient incapables de piquer. Les femelles punaise de lit  à jeun depuis longtemps exécutent avant l'attaque d'intenses mouvements vibratoires. Le point de piqûre est choisi par tapotement à l'aide de la pointe du rostre abaissée verticalement à 90°. 

Lorsque la pénétration débute, la punaise de lit serre note peau avec ses griffes tarsales et contracte son corps jusqu’à obtenir une position avec un « thorax bossu ». Les stylets sont ensuite projetés d’avant en arrière à travers les tissus tandis que l’insecte décrit un mouvement de balancier. Toutes les pattes de la punaise de lit sont utilisées pour permettre l’adhérence lors de la poussée en avant.


La salive injectée de la punaise de lit n'est pas irritante, elle est au contraire légèrement anesthésiante durant les premiers instants, puis elle déclenche ensuite un prurit, tandis que la petite hémorragie locale produit une tache rouge sous la peau.  

Un repas complet d'une punaise de lit demande de 10 à 20 minutes chez les adultes, et seulement quelques minutes chez les jeunes punaises. Une puce de lit « affamée » est capable d’aspirer un volume de sang entre 130 à 200% de son poids corporel initial. Le temps écoulé entre deux repas est extrêmement variable : de 3 à 15 jours en conditions expérimentales, les punaises de lit sont capables d’attendre jusqu’à un an sans se nourir. 

 

Épidémie des punaises de lit à Paris

Déjà mentionnées à l’époque des Pharaons et dans les premières écritures chrétiennes, les punaises de lit ont suivi un déclin progressif jusqu’à la fin du siècle dernier. Une augmentation exponentielle de cas d’infestations est observée ces dix dernières années en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, principalement dans les villes et indépendamment du niveau d’hygiène. Cette émergence est liée à l’abandon de certains insecticides (DDT), au développement de résistances à ces derniers et à une diffusion du parasite facilitée par les voyages.


Les punaises de lit provoquent des lésions dermatologiques extrêmement inconfortables. Leur mode d’action (aires de repos ou de sommeil peu éclairées) fait associer le repos à leurs piqûres auprès de leurs victimes, ne leur laissant pas de répit. Ceci induit fréquemment du stress et des angoisses psychosociales parfois profondes, notamment des dépressions, une parasitophobie, voire un isolement social. Les lésions cutanées siègent sur les parties découvertes et sont très variables : aspect urticarien centré par un point hémorragique, papules ou bulles, à disposition linéaire, très prurigineuses (avec recrudescence matinale), pouvant parfois laisser des séquelles pigmentaires.

Une infestation par des punaises de lit peut toucher toute sorte de catégorie de population, aussi bien des personnes en bonne santé que des populations plus vulnérables Une infestation est source de troubles anxiogènes variés. Cela peut générer de l’anxiété, des angoisses, une dépression, des troubles somatiques ou psychotiques. L’isolation sociale et la stigmatisation sont bien réelles. Il n’est pas rare d’associer encore maintenant une infestation à la pauvreté et l’hygiène douteuse.
Une personne constatant une infestation est souvent horrifiée et extrêmement gênée, elle voudra souvent traiter l’habitation seule sans en parler à son entourage pour ne pas être jugée. Le traitement est la plupart du temps hasardeux et inefficace et l’infestation prend de l’ampleur, cela crée un repli social et une perte d’estime de soi.

Haut de page