L'épidémie des punaises de lit en région parisienne.

Hamelin Hygiène Épidémie punaise de lit

Épidémie punaise de lit Paris

 

Les punaises de lit sont des insectes cosmopolites. Tous les niveaux de contamination ont été décrits : cas isolés, cas groupés (EMS, hôtel, hôpital…), contamination totale d’un bâtiment ou flambée épidémique dans une ville (Royaume-Uni en 1998 et 1999, Pise en Italie en 2003, New York au début 2010, etc.). Depuis 2005, on dénote, en France, un triplement des interventions contre cet insecte. Le Cimex lectularius a toujours été présent dans les grandes métropoles comme New York et ailleurs. Mais, depuis les années 1950, il s’était fait plus discret dans les villes, d’où il avait presque disparu, tout en restant assez présent en milieu tropical. Néanmoins, leur recrudescence spectaculaire date des années 1990 et est liée à la conjonction de deux phénomènes récents : l’augmentation des voyages internationaux et l’interdiction de pesticides puissants comme le dichloro-diphényltrichloroéthane (DDT).

 

L’utilisation non contrôlée des insecticides à large spectre, depuis la deuxième guerre mondiale, a entraîné la survenue de résistances croisées entre le DDT et les pyréthrinoïdes qui posent un véritable problème de santé publique, en particulier aux Etats-Unis où ces résistances sont quasi constantes.

 

Qu'est ce qui a favorisé le développement des punaises de lit sur paris?

punaise de lit paris

La punaise de lit est l'un des plus vieux parasite de l'Homme. Très présentes avant les années 1950, les punaises de lit ont disparu des pays développés du fait de l'utilisation de puissants pesticides comme le DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane) et de l'amélioration générale des conditions d'hygiène. Depuis les années 90 on observe une résurgence mondiale du parasite, qui est responsable de contaminations massives dans de nombreux pays comme les Etats Unis, le Canada, l'Australie et de nombreux pays Européens. En effet, le DDT a été très efficace dans la lutte contre les punaises de lit et jusque dans les années 50 on l’utilisait sous forme d’aérosols concentrés. Cependant, en plus d’être hautement néfaste pour la santé et pour l’environnement, on a vu apparaître dès 1948 des résistances des punaises au DDT. Son utilisation a été interdite en 1972 aux Etats-Unis et suivie par tous les pays développés. Le DDT a été remplacé par le Malathion, un insecticide neurotoxique, qui fut lui aussi interdit d’utilisation en 2008 car très toxique pour les abeilles et les organismes aquatiques notamment. Dans les années 90, face à la diminution, voire la disparition du nombre de cas de contaminations par les punaises de lit, la lutte a été stoppée. Mais la punaise, insecte cosmopolite, a subsisté discrètement et a profité de l’expansion du tourisme et des déplacements de populations pour refaire surface, avec une résistance aux divers insecticides. 

Le développement du tourisme a donc favorisé la transmission passive des punaises par l’intermédiaire des moyens de transport (avions, trains, bateaux) et également des bagages. La promiscuité, les migrations, la vente de meubles ou de livres d’occasion sont également des facteurs de risque dans le transport de punaises de lit. Dans les grandes villes du monde, des expositions aux piqûres des punaises de lit dans des auberges de jeunesse, ou des hôtels même luxueux, ont été observées ces dernières années. Les lésions cutanées liées à leurs piqûres sont un motif de consultation en médecine de premiers recours et en dermatologie.

 

Comment se déplace la punaise de lit sur paris?

invasion punaise de lit paris

 

Deux types de déplacements sont responsables de cette expansion dans le monde entier:

- Le « Déplacement actif » de la punaise à la recherche de son repas sanguin : transfert de la punaise de son lieu de vie (lit, placard, mur, conduit d’aération…) vers son lieu de repas (attirée par la chaleur du corps et le dégagement de CO2 aux heures sombres) qui peut être de quelques mètres à quelques dizaines de mètres.
- Le « Transport passif » : c’est l’hôte qui va transporter de façon fortuite (pyjama, bagage, linge au pied du lit, vieux meubles colonisés, achats de livres ou objets d’occasion…) l’insecte vers un nouveau lieu de vie situé à quelques kilomètres ou milliers de kilomètres lors d’un voyage par exemple.

 

Les cas de contaminations surviennent principalement mais pas uniquement en milieu urbain, dans divers bâtiments : hôtels, auberges, foyers, résidences étudiantes, maisons de retraite. Des épisodes épidémiques ont notamment été rapportés à New York et Montréal entre 2009 et 2011 (Agence de la santé Montréal, 2001). Concernant la situation en France, de nombreux cas ont été déclarés dans des grandes agglomérations telles que Paris, Lyon, Marseille ou encore Nice. 


Les punaises de lit se déplacent uniquement en marchant et peuvent s'introduire partout, c'est-à-dire dans les logements les plus vétustes comme les hôtels les plus luxueux. En effet, elles sont capables de circuler dans des endroits d’accès très difficile et très étroit et ne choisissent pas leurs lieux de vie en fonction de l'état ou de la propreté. Plus le degré d’infestation est important, plus le risque est grand que les punaises de lit colonisent d’autres pièces d'une résidence, ou des logements voisins. 

Les punaises de lit se propagent donc :

- par contact étroit avec des articles d'usage courant infestés, tels que des vêtements, des sacs à main, des fauteuils, des matelas, etc.

- lors du transport d'articles ou mobiliers infestés, surtout lors des déménagements 

- par les murs, les plafonds et les planchers, en se faufilant dans la tuyauterie, les conduits ou encore les câbles électriques

- par les articles usagés infestés achetés sur les marchés aux puces, dans les friperies, les commerces de meubles usagés 

- lors de la récupération de meubles ou d'objets infestés laissés dans la rue 

- pendant les voyages, dans les bagages, les sacs, les vêtements ou les sacs de couchage infestés

 

Haut de page